Denak gira bakegileak !
Transfert d’ Ibon Frenandez Iradi

Transfert d’ Ibon Frenandez Iradi

Le prisonnier Ibon FERNANDEZ IRADI atteint d’une sclérose en plaque dont les deux demandes de suspension de peine pour motif médical ont été acceptées par le tribunal de l’application des peines de Paris mais rejetées par la chambre de l’application des peines de la Cour d’Appel de Paris et qui a saisi la Cour européenne des droits de l’Homme, a était transféré aujourd’hui à Paris à la maison d’arrêt de La Santé dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen alors même que la loi prévoit également la compétence de la Cour d’Appel de Pau.

Nous nous élevons avec force contre le choix effectué par le parquet Général de Paris de saisir la Chambre de l’instruction de Paris alors même qu’il aurait pu transférer cette demande au parquet général de Pau.

Ce choix a été effectué au mépris de l’état de santé d’Ibon FERNANDEZ IRADI et alors même qu’il est médicalement établi que son état de santé ne lui permet pas de longs trajets.

La position du parquet général de Paris de centraliser devant cette juridiction tous les mandats d’arrêts européens émis dans les affaires basques dites de terrorisme, au-delà des conditions sanitaires évidentes concernant Ibon FERNANDEZ IRADI est également inadmissible tant au regard des textes qu’au regard du bon sens mais aussi plus généralement du contexte politique du Pays Basque.