Denak gira bakegileak !
Première action le 18 février 2022!

Première action le 18 février 2022!

La manifestation de ce samedi 8 janvier 2022, organisée par les Artisans de la Paix et Bake Bidea, en faveur des prisonniers basques, a démarré du Grand Bayonne, peu après 15heures, à partir de trois points distincts : l’esplanade Lauga, la Place des Basques et la Place du Réduit. Trois cortèges se sont constitués, dont deux, animés par des groupes de Joaldunak. En tête de chaque colonne, les premiers volontaires, qui prendront part à des actions étaient présents avec des tee-shirts bleus. Plusieurs dizaines d’élus du Pays Basque, se sont rassemblés sur la Place du Réduit, non loin de l’Hôtel de Ville. Parmi eux, Jean René Etchegaray Maire de Bayonne et président de la Communauté d’agglomération Pays Basque, Frédérique Espagnac sénatrice socialiste des Pyrénées Atlantiques, Isabelle Pargade Conseillère départementale et vice présidente de la Communauté d’agglomération Pays Basque, Eneko Aldana Maire de Ciboure, Alain Iriart maire de Saint Pierre d’Irube, Kotte Ecenarro Maire d’Hendaye…

Les trois cortèges se sont retrouvés sur la place Saint André et les volontaires sont montés sur scène pour l’acte finale de la manifestation, qui a réuni plus de 2000 personnes.

L’objectif affiché des Artisans de la Paix était clair : passer d’une phase d’enlisement de plus d’une année, à une nouvelle phase décisive, afin de se « faire entendre au plus haut niveau de l’Etat, dans la séquence d’élections présidentielles et législatives à venir ». Lors des prises de parole finales, les porte-parole des Artisans de la Paix, Anaiz Funosas et Jean-Daniel Elichery ont ainsi souligné que l’objectif immédiat consiste à obtenir la libération de Jon Parot et Jakes Esnal, détenus en France depuis 31 ans, sans oublier Unai Parot, incarcéré en Espagne depuis 31 ans.

Cette nouvelle phase lancée ce samedi 8 janvier, sera donc ponctuée par une série d’actions plus fortes et spectaculaires, que celles réalisées à ce jour. Des actions pouvant aller jusqu’à la désobéissance civile qui suppose « un acte personnel et responsable, mais réalisé dans un collectif, de manière publique, assumée, transparente et non violente, dans le respect de chacun et la démocratie… ». Les porte-parole des Artisans de la Paix ont interpellé le chef de l’Etat, Emmanuel Macron : « Il est de votre responsabilité de vous manifester, d’accompagner et de vous engager dans la dynamique de la société basque porté par ses élus et la diversité de ses acteurs… Faute de quoi, il s’agirait de l’expression d’un mépris qui ne devrait pas exister dans une démocratie » !

Une deuxième invitation a été lancée, un appel à retenir la date du 18 février prochain. Rendez-vous pour une première action déterminée, dans laquelle des dizaines de volontaires seront activement engagés.

Les portes paroles ont conclu leur intervention : ‘Le temps presse et c’est avec vous que nous ouvriront et mèneront cette nouvelle phase jusqu’au bout ! Ion, Jakes, Unai gurekin »