Denak gira bakegileak !

Nous sommes tou.te.s Artisans de la paix!

En octobre 2011 a eu lieu la conférence internationale d’Aiete. Trois jours plus tard, ETA annonçait la fin de son activité armée et le processus de paix au Pays Basque était lancé.

En dehors de tout cadre institutionnel, des associations, des militant.e.s, des victimes d’attentats, des représentant.e.s politiques et des citoyen.ne.s ont commencé à s’organiser et à se rassembler en vue de la résolution du conflit.

Cependant, malgré la volonté de l’organisation ETA de rendre son armement de façon ordonnée et sous contrôle international, les gouvernements français et espagnol ne s’étant pas engagés dans le processus, ont pris le risque de laisser cet armement hors de contrôle.

Face à ce refus de prendre part au processus de paix entraînant de fait son blocage, 3 personnalités issues de la société civile, Michel Berhocoirigoin, Jean-Noël Etcheverry « Txetx »), Michel Tubiana, sont entrés en contact avec l’organisation armée ETA pour lui demander de leur déléguer la responsabilité de son arsenal.

Le 16 décembre 2016, ces 3 personnalités se livrent à la mise hors d’usage de 15 % de l’arsenal du groupe armé ETA. Avec deux autres personnes, elles sont alors arrêtées par la police française, puis libérées, suite à une forte mobilisation de la population locale, qui les surnomme « les Artisans de la paix ». Suite à cet évènement, ils sont rejoints par des dizaines d’autres personnalités et décident alors d’appeler à une journée du désarmement, le samedi 8 avril 2017. Cette journée fut un succès et un moment historique pour le Pays Basque.

Ce désarmement ainsi que la dissolution de l’ETA le 3 mai 2018, ont constitué des avancées dans la résolution du conflit et de ses différentes conséquences, telles que le sort des prisonnier.e.s, des exilé.e.s et la reconnaissance de toutes les victimes.

La société du Pays Basque tente depuis 2011 d’écrire une nouvelle page de son histoire.