Denak gira bakegileak !
8 nouveaux Artisans de la Paix nous expliquent pourquoi ils seront à la manifestation du 11 janvier.

8 nouveaux Artisans de la Paix nous expliquent pourquoi ils seront à la manifestation du 11 janvier.

Droits de l’Homme.

Nous sommes ici, réunis devant la maison de René CASSIN, rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. La finalité du processus de paix, le vivre ensemble, ne peut avoir d’autre assise que le respect des Droits de l’Homme pour toutes et tous. Et, au Pays Basque, aujourd’hui, le respect des Droits de l’Homme exige de chacun qu’il alimente le processus de paix, dans toutes ses composantes, y compris les plus sensibles et les plus délicates. Le dossier des prisonniers est de celles-là.

D’emblée, l’article 1er de la Déclaration nous dit : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ». Dès lors, l’identité qui relie toutes les personnes est là. Elle est plus forte que tous les aléas de la vie de chacun, elle est même plus forte que tous les actes qui pourraient aller à l’encontre de ces principes. Elle tire la destinée de chacun. Quelque soit le parcours de chacun, elle est le bout du tunnel qu’il faut toujours mettre en perspective pour toutes et tous.

Nous pensons que les prisonniers basques sont au cœur de cet article premier de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Nous pensons même que cela l’est encore plus dans un contexte de processus de paix dans lequel ils sont un des moteurs. Cela signifie qu’ils sont dans une autre alternative, dans un autre parcours que celui qui les a amenés en prison. Cette nouvelle démarche doit nous amener toutes et tous, citoyens, élus, pouvoir politique, faire évoluer la peine à laquelle les prisonniers ont été condamnés, vers des aménagements de peines. C’est le sens de la manifestation du 11 janvier, c’est le sens profond que nous voulons donner à l’acte que nous accomplissons aujourd’hui devant la maison de René CASSIN.

Évidemment, cela va sans dire, mais nous voulons le réaffirmer quand même, toutes les victimes, quelles qu’elles soient sont également libres et égales en dignité et en droits. C’est la première reconnaissance, la première vérité que nous leur devons.

De nouveaux Artisans de la Paix nous rejoignent aujourd’hui. Nous convions chaque habitant du Pays Basque se sentant concerné par cet article 1er de la Déclaration des Droits de l’Homme à les imiter en venant participer à la manifestation du 11 janvier.


Voir les interventions :

Jacques SIOUGOS, Habitant des Hauts de Sainte Croix et membre du Comité de défense des locataires.

Philippe Mayté, Professeur d’Histoire et Directeur d’établissement.

Pascal Dejous, Inspecteur honoraire de l’Education Nationale.

Agnes Sallaberry, Paysanne à Bergouey- Villenave

Elorri Amestoy, Docteur aux urgences psychiatrique de l’hôpital de Bayonne.

Sarah et Fabian Feldmaan, citoyens du monde. Restaurant L’impertinent à Biarritz.

Laurent BERNAYS, activiste pour la paix et animateur en agroécologie.